Sujet tabou : parler quand on joue au poker ?

C’est la grande question. Difficile de départager les avis en faveur ou totalement hermétiques à l’idée de tenir une conversation profonde ou légère pendant qu’on joue au poker. Pour vous aider dans votre démarche, nous nous sommes glissés dans la peau de chacun pour savoir ce qu’il en est réellement.

Pourquoi c’est cool ?

Par définition, le poker est un jeu social, où on interagit avec des gens qui partagent la même passion que nous. Il serait bizarre de s’asseoir à une table réelle et de recevoir les cartes, miser et se coucher sans piper mot ! Surtout dans une époque comme la nôtre où la première chose que vous faites quand vous vous rendez à un événement social, c’est de rester scotché sur votre smartphone ! Le poker en ligne n’a pas supprimé cet aspect de contact avec l’autre, puisque les plateformes sont nombreuses à proposer les live chats.

En plus, parler peut permettre de se détendre, et aussi de désacraliser un peu l’idée qu’on se fait du poker, hostile monde de requins par excellence. Bien entendu, vous n’irez pas jusqu’à confier votre code de carte bancaire à votre voisin de table, mais pourquoi bloquer la conversation ? Cela ne fait pas de vous une personne faible que de rechercher le contact autour d’une table de poker. Il suffit juste de choisir le bon moment, le bon sujet et être capable d’avoir un minimum de concentration pour éviter de laisser échapper un indice vocal ou corporel à vos interlocuteurs ! Ce n’est pas si difficile ! D’ailleurs, lorsque les enjeux sont raisonnables, les plus grands joueurs de poker se parlent entre eux, cela contribue à installer une ambiance sympathique. Et ayons une petite pensée pour les joueurs professionnels. Vous vous imaginez tirer une tête de 6 pieds de long pendant une journée de travail ? Oui, d’accord, le lundi est une exception où les pires humeurs sont tolérées.

Pourquoi c’est naze ?

Parler pendant une partie de poker et puis quoi encore ? Vous ne voudriez pas montrer vos cartes à votre voisin de gauche pendant que vous y êtes ? Pour certaines personnes, parler pendant qu’on joue au poker, c’est comme se balader en maillot de bain dans un lieu sacré (église, synagogue, mosquée, temple), cela ne se fait pas. Par décence, par politesse, par respect, on ne se parle pas au poker. Certains peuvent être déstabilisés dans leur stratégie à écouter deux adversaires papoter de la pluie et du beau temps. On est pollué à longueur de journée par du son : la radio dans la voiture, la musique trop fort de l’ado boutonneux dans le bus, les klaxons, les appels téléphoniques, les discussions creuses à la machine à café, les notifications du smartphone, la télévision pour meubler l’ambiance à la maison le soir, les voisins et leur tondeuse/perceuse à des heures pas possibles… Et si le poker, c’était justement l’occasion de se taire ? Comme la méditation, le poker peut être le moment parfait pour se recentrer sur soi. Non, ce n’est pas égoïste, bien au contraire !

Parler au poker peut être rageant pour certains joueurs. On prend pour exemple la pipelette du poker William Kassouf, qui ne fait soi-disant « pas exprès » de rendre les petits camarades confus en parlant sans jamais s’arrêter. Il a fait tilter la très grande joueuse Vanessa Selbst rien qu’en lui parlant. Dans la vidéo qui le montre à l’action, on peut clairement la voir passablement agacée de son adversaire. Pour sa défense, il invoque la raison que le poker est un jeu basé sur la prise d’information, donc c’est tout à fait normal de la prendre à sa source en parlant avec l’adversaire ! Agaçant, vous avez dit ?

De quoi parle-t-on ?

Attention, si vous prenez le parti de communiquer ouvertement, faites tout de même attention aux sujets de conversation que vous abordez. Il est, par exemple, absolument exclu de parler de la main en cours, sous peine de vous faire éjecter manu militari par vos adversaires. N’essayez pas de deviner le jeu des autres joueurs ou de prêcher le faux pour avoir le vrai. Comme toute personne bien élevée, il ne vous viendrait pas à l’idée de critiquer à voix haute quelqu’un dans la rue. Inutile donc de vous rappeler de ne jamais critiquer le jeu ou les choix de votre adversaire pendant une partie ! Méfiez-vous si vous voulez tenir le rôle du rustre sur une table de poker, car certaines salles ont des règles qui interdisent ce genre de comportement. Un autre sujet que nous vous déconseillons, c’est aussi votre historique de gains ou de pertes, que ce soit en termes d’argents ou de cartes, vous donneriez beaucoup trop d’indices aux autres joueurs.

Top Poker Rooms

JOUERRevue
JOUERRevue
JOUERRevue