10 conseils pour vous imposer dans les parties de poker à la maison

Jouer au poker entre potes, c’est la meilleure façon de commencer dans le monde du poker. Bien mieux que jouer en ligne, vous avez une véritable approche humaine et la peur de l’inconnu est équilibrée avec le fait de jouer avec des amis. Les parties de poker à la maison, c’est la meilleure école du poker. Et d’ailleurs, c’est un rendez-vous qui soude les liens d’amitié, regardez les parties de poker entre les amies de Wisteria Lane dans Desperate Housewives ? Potins croustillants, stratégies machiavéliques, toute l’action de l’épisode commençait très souvent lors de ces fameuses parties ! Oui, mais voilà, ce n’est pas parce que vous jouez avec des têtes connues (vos amis) qu’elles vont vous épargner ! Nous avons donc dressé une liste de 10 véritables commandements que vous devriez apprendre par cœur avant de vous rendre à la prochaine « poker-party » chez Régis !

Sans alcool, la bankroll est plus folle !

Contrairement à ce qu’on croit lorsqu’on a enchaîné les whiskys, on ne maîtrise plus rien quand on a bu. Les décisions sont lentes et pénibles à prendre, et soyez sûr que vos adversaires vont s’en donner à cœur joie ! Vouloir gagner de l’argent n’est pas conseillé lorsque vous n’êtes pas en pleine possession de vos moyens.

« Les parties de poker à la maison, c’est la meilleure école du poker. »

La deuxième erreur à faire est de penser que l’alcool désinhibe et vous donnera confiance pour vous sociabiliser et en apprendre ainsi plus sur les joueurs de la table. Faux. Oui, l’alcool détruit les barrières de l’autocensure, mais elle vous rendra beaucoup moins vigilant aux actions importantes et aux mimiques passagères sur les visages de vos amis qui peuvent en révéler beaucoup plus qu’ils ne le voudraient ! Si vous, vous vous interdisez de boire pendant la partie, ne freinez pas vos adversaires, bien au contraire…

Analysez vos adversaires et tirez-en la meilleure stratégie

Dans toute partie de poker, il y aura des faibles et des forts. C’est normal, c’est mathématique. Le tout est de ne pas s’apercevoir avant de vous faire plumer que vous étiez le « fish » et que ce vieil ami en face de vous était « le shark ». Analysez soigneusement vos adversaires autour de la table. Si vous avez l’habitude de jouer avec les mêmes personnes, vous devriez connaître leurs tactiques, pour cette raison, vous devriez en changer régulièrement afin d’éviter de devenir trop lisible pour le reste de la table.

Chacun a des compétences dans une partie de poker, il s’agira pour vous d’identifier les joueurs les plus faciles. Votre pote Robert qui préfère prendre les parties poker comme une bonne occasion de remplir le verre de pastis et de raconter sa dernière virée pêche peut devenir votre cible (toutes proportions gardées, bien entendu). Vous aurez aussi face à vous des joueurs probablement très prévisibles, mais à qui il sera très compliqué de prendre de l’argent. La meilleure des stratégies est de repérer les meilleurs joueurs, d’analyser leur comportement et de le reproduire en ajoutant votre touche personnelle. Ainsi, vous vous transformerez en machine de guerre, en caméléon du poker !

Empathie, quand tu nous tiens

Essayer de se mettre dans la tête de l’autre pour savoir ce qu’il ressent, c’est cela, l’empathie. Et même si chaque personne a ses propres réactions et son propre comportement, il y a quand même des sentiments universels. Lorsque votre ami perd sa main après un « all-in », il n’est pas compliqué d’imaginer sa frustration, sa colère et sa déception ! Ainsi, développer votre sens de l’empathie vous permettra de vous immiscer dans le jeu de vos amis pour savoir pourquoi ils réagissent de telle ou telle manière suite à un événement particulier. Vous verrez que cela vous parlera beaucoup plus que vous ne le pensez !

Un papier et un crayon pour les gouverner tous

Cela peut sembler bête, mais à quand remonte l’époque où vous preniez des notes pour retenir ce qu’on vous enseignait ? Exactement, sur les bancs de l’école. Et maintenant, considérez votre table de poker comme une minuscule salle de classe, et tous les joueurs sont des professeurs qui ont un point de vue différent sur une même leçon. Vous voyez où nous voulons en venir ? Il est très difficile de tout mémoriser sur les mains, les actions de chacun et les réactions des uns et des autres, etc. Le mieux est donc de prendre des notes pour essayer de prévoir un maximum et d’anticiper les futures parties. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette pratique est très courante dans les plus grands tournois, le carnet de notes ayant été remplacé par un smartphone ou une tablette.

L’heure du débrief

On ne peut pas s’améliorer seul. Les connaissances sont en vase clos et même si vous pouvez apprendre de vos erreurs, vous ne pouvez pas avoir un avis complètement objectif sur votre jeu. Après chaque main, ou du moins, les plus importantes, n’hésitez pas à débriefer et à demander l’avis des meilleurs joueurs de la table. Ainsi, non seulement, vous flatterez l’ego de ces personnes, mais en plus, vous en apprendrez plus sur votre comportement, les améliorations que vous pourriez y apporter, ainsi qu’un point de vue que vous n’aviez pas forcément envisagé !

Le bluff, c’est so 2010 !

Oui, les vidéos de coaching en parlent toutes, c’est la première chose qu’on apprend lorsqu’on débute au poker. Mais le bluff est nocif à trop haute dose ou mal maîtrisé. Le bluff, c’est le principe de miser alors que vous avez une main qui aurait mérité qu’on se couche pour éviter les risques. Sachez que les techniques de bluff sont désormais connues de tous. Par conséquent, ce n’est plus un secret et votre technique est tout de suite démasquée. Vous pouvez ainsi être pris à votre propre jeu, puisque la plupart des joueurs suivent. Et votre bluff vous mène indéniablement à votre perte !

N’ayez pas honte à vous coucher souvent

Se coucher au poker est une preuve de sagesse, de lucidité. Vous savez que le bluff ne fonctionnera pas, et votre main ne vaut vraiment pas la peine que vous y consacriez une blinde. Mettez donc votre ego de côté, votre bankroll vous remerciera. Se coucher est tout le contraire d’une démarche couarde, rassurez-vous ! Si vous ne le sentez pas, alors passez votre tour. Et comme cela, vos adversaires auront enregistré que vous jouez quand cela en vaut la peine et le jeu sera certainement un peu plus pimenté !

Ne rouillez pas sur une seule variante

Le Texas Hold’em, c’est bien gentil, mais c’est important de toujours s’actualiser et ne jamais cesser d’apprendre. Une fois que vous maîtrisez la variante la plus connue, attelez-vous à apprendre d’autres variantes qui vous feront encore une fois changer de point de vue et enrichiront votre culture personnelle. De plus, c’est l’occasion de partager ses connaissances avec les copains pour solidifier encore plus les liens sociaux !

On ne connaît pas, on ne joue pas !

Cela peut paraître aberrant pour les uns, pas si évident pour les autres. Ne jouez pas une variante que vous ne connaissez pas. Il faut absolument apprendre lors de votre temps libre plutôt qu’en direct, où vos adversaires ne se priveront pas de vous dégoûter de ce jeu ! Vous perdrez de l’argent, votre crédibilité et votre dignité si vous vous faites dépouiller alors que vous ne connaissez pas les codes d’un jeu que tout le monde autour de la table maîtrise.

On garde ses amis !

Le poker, c’est bien, mais cela ne vous aide pas à déménager, à consoler un chagrin d’amour ou tout simplement à se payer une bonne tranche de rigolade. L’amitié est précieuse. Notre dernière (et meilleure) recommandation pour vos parties de poker à la maison serait de savoir cloisonner le poker et ses tactiques agressives, voire sournoises, et votre vraie personnalité. Une fois la partie finie, ne soyez pas rancunier, évitez de charrier votre pote qui a tout perdu et retournez dans la vie réelle en ayant apprécié à 100 % le moment, mais en sachant passez à autre chose ! Amusez-vous bien !

Top Poker Rooms

JOUERRevue
JOUERRevue
JOUERRevue